Page:Gustave Flaubert - Œuvres de jeunesse, I.djvu/240

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


venait d’achever sa quatrième à dix-sept ans, parce que son père était d’avis qu’on donnât de l’inducation à la jeunesse.

— Oh ! faut-il que des gens aient peu de retenue, dit le garçon épicier, en redemandant pour la troisième fois des haricots.

On sonna à la boutique et il alla vendre pour deux sous de chandelles.

XII

Vous voulez une fin à toute force, n’est-ce pas ? et vous trouvez que je suis bien long à la donner ; en bien, soit !

Pour Adèle, elle fut enterrée, mais au bout de deux ans elle avait bien perdu de sa beauté, car on l’exhuma pour la mettre au Père-Lachaise et elle puait si fort qu’un fossoyeur s’en trouva mal.

Et Djalioh ?

Oh ! il est superbe, verni, poli, soigne, magnifique, car vous savez que le cabinet de zoologie s’en est emparé et en a fait un superbe squelette.

Et M. Paul ?

Tiens, je l’oubliais ! il s’est remarié ; tantôt je l’ai vu au Bois de Boulogne, et ce soir vous le rencontrerez aux Italiens.