Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/294

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ANTOINE.

Je ne suis donc pas le seul… cet étranger aussi… Apollonius continuant. à Taxilla, capitale de cinq mille forteresses, Phraortes, roi des Indes, nous a montré sa garde d’hommes noirs, hauts de cinq coudées, et dans es jardins de son palais, sous un pavillon de brocart vert, un éléphant gigantesque que ses femmes s’amusaient à parfumer. Il avait autour des défenses des colliers d’or et sur l’un d’eux on lisait : " le fils de Jupiter a consacré Ajax au soleil. " c’était l’éléphant de Porus, qui sans doute s’était enfui de Babylone après la mort d’Alexandre, et qu’on avait retrouvé dans une forêt. Damis. Personne n’a jamais pu nous dire son âge.

ANTOINE.

Ils parlent abondamment, comme des gens ivres. Apollonius. Phraortes nous fit asseoir à sa table, elle était couverte de grands oiseaux, de gands poissons ; il y avait de gros fruits étalés sur des feuilles larges, des antilopes avec leurs cornes. Damis. Les seigneurs de là-bas, tout en buvant, s’exercent à lancer des flèches sous les pieds d’un enfant qui danse, ou bien à couper la mèche des torches en jetant des poignards d’un bout de la salle à l’autre bout ; mais je n’approuve pas ces amusements, il en pourrait résulter des malheurs. Apollonius. Quand je fus prêt à patir, le roi me donna un parasol pour le soleil ! Et il me dit ? 3 j’ai, sur l’Indus, un haras de chameaux blancs, prends-en ce qu’il te faut, et quand tu n’en voudras plus, tourne-leur la tête du côté du nord et souffle-leur dans les oreilles, ils reviendront. Nous descendîmes le long du fleuve, marchant la nuit, à la