Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/334

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


à connaître ce que tu adores. Les profanes n’entendent que la voix des sens et le témoignage de l’entendement, mais les fils du Christ méprisent leurs sens et s’en rapportent à la parole du verbe, car le verbe est immortel. Les sens mourront un jour et l’entendement s’évaporera comme l’odeur d’un vin répandu ; ces yeux qui cherchaient à deviner dans les étoiles se rempliront de terre, et l’araignée tendra ses fils dans cette boîte creuse où tournait l’idée. Comment la certitude serait-elle acquise par ce qui est mortel et transitoire ? à travers le brouillard, peux-tu voir le soleil ? Ne doute pas plus de Dieu que tu ne doutes du monde ; ne doute pas plus de son amour que tu ne doutes de sa puissance ; ne doute pas plus de l’éternité que tu ne doutes de la vie ; crois à la résurretion comme à la mort. Dieu existe, la mort vient, l’éternité va commencer. Qu’importent les révoltes de la raison ou les négatios de la science ! La science est l’ignorance de Dieu et la raison le tourbillonnement du vide. Rien n’est vrai que l’éternité de l’éternel, et la grâce seule a l’intelligence de lui. Espère-la pour l’acquérir, garde-la pour qu’elle s’augmente, n’en désespère pas afin qu’elle revienne. Si tu l’obtiens, tu posséderas alors cette compréhension incompréhensible, et, toujours brûlant plus fort pour monter plus haut, ton âme aspirée sortira d’elle-même, comme fait au-dessus du feu la flamme qui s’en élève.

ANTOINE

se rapprochant encore plus près des vertus. Parlez, parlez, vos figures sont douces. La Foi. La barque roulait sur les flots et Jésus dormait, les abîmes s’entr’ouvraient, on entendait dans les ténèbres le vent qui criait tout en colère. L’eau passait sur les bords, entrait par les fentes de la barque, montant jusqu’aux genoux. Jésus dormait toujours. La barque s’enfonçait, tournoyait, ils allaient périr. Levez-vous, maître, dirent-ils, et chassez les vents ! La barque est ton coeur qui porte la foi ; ne la laisse pas dormir, car la tempête augmentait parce que le seigneur dormait ; elle était accourue quand il avait fermé la paupière ; quand il la rouvrit, elle disparut. Pour traverser d’un bord à l’autre, n’aie donc souci ni des