Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/363

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


La Luxure. Chantant dans les tavernes, priant parmi des tombes, veillant en paix près des berceaux, dans les bois, dans les villes, sur les rivages, par les chemins, portées dans les litières, balancées sur des éléphants, traînées dans des chariots, couvertes de pourpre, couvertes de laine, avec des coquillages autour du cou, avec des clochettes d’or aux oreilles, au théâtre où elles s’assemblent, dans l’atrium où elles s’enferment, près des ruisseaux où elles se mirent, au bord des lits où elles se pâment, inclinées, couchées, habillées, voilées, décolletées, nues, elles sont à toi, les filles de la terre ! La Colère. Le sang vous jaillit aux yeux, il éclabousse les visages, il coule sur les lambris, des plafonds il tombe goutte à goutte. La Gourmandise. Les gelées miellées tremblent dans les plats, les crèmes pétillent comme l’écume, le gibier emplit la salle d’odeurs sauvages, la croûte des fromages verts se casse sous le couteau, dans les assiettes coloriées. La Science. Les connais-tu, les amitiés des sages ? Sais-tu ce que c’est que cette tendresse de l’esprit, plus forte que celle des coeurs ? As-tu vu, comme un soleil qui se lève, l’idée luire dans la prunelle des maîtres ? Durant les muets épanchements des intelligences pensives, quand elles s’enlacent l’une l’autre et qu’elles frémissent étonnées à leur contact mutuel, tu n’as pas senti, du fond de ton être, monter des sources fertiles ? L’Avarice. La salle était haute, avec des étoiles d’argent à sa voûte et des portes de bronze qu’on ne pouvait ouvrir ; au milieu s’amoncelait un grand tas d’or ; sur les côtés, suivant leur taille, les drachmes étaient avec les drachmes, les staters ensemble, et les philippes et les dariques ; mais les piles, trop hautes, s’écroulaient, et les pièces rondes se mettaient à rouler sur les larges dalles plates. On en apportait dans des sacs que l’on versait d’en haut sur des échelles ; par des trappes, sous terre, il en sortait que l’on jetait à la pelletée ; tournant sur leur base, les colonnes s’entr’ouvraient pour en dégorger leurs flancs pleins ; il en ruisselait en cascades,