Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/364

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


il s’en échappait en fusées, cela sautillait, clapotait et allait en montant le long des murs, comme un océan d’or et d’argent. La Logique. S’il savait Judas cupide, pourquoi le tentait-il en lui confiant la bourse ? La Science. Dieu avait bien tenté Abraham ! La Logique. Quand l’homme succombe, à qui la faute ? La Luxure. En veux-tu dont les lèvres aspirent le sang dans les baisers qu’elles donnent ? Les seins rebondissent, les cous se renversent, les tailles se ploient. L’Envie. Puisque saint Pierre a renié Dieu, puisque Aaron a façonné le veau d’or ! La Colère. Les victoires font les poussières épaisses, les chacals piaulent, les rats au nez pointu rongent le crânedes cadavres. L’Avarice. On ouvre le ventre des vauriens pour en retirer l’argent qu’ils avaient avalé, et les mains frémissent à sentir l’or dans les entrailles, où l’on fouille jusqu’au coude. La Science. Il n’a pas succombé, lui, car un ange le soutenait dans son angoisse. La Logique. Il n’était pas pur du péché originel, puisqu’il naquit de la femme.