Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et je répondis : « Oui ! va-t’en ! » — afin d’accompagner Montanus.

Antoine.

Un eunuque !

Priscilla.

.

Ah ! cela t’étonne, cœur grossier ! Cependant Madeleine, Jeanne, Marthe et Suzanne n’entraient pas dans la couche du sauveur. Les âmes, mieux que les corps, peuvent s’étreindre avec délire. Pour conserver impunément Eustolie, Léonce l’évêque se mutila, — aimant mieux son amour que sa virilité. Et puis, ce n’est pas ma faute ; un esprit m’y contraint ; Sotas n’a pu me guérir. Il est cruel, pourtant ! Qu’importe ! Je suis la dernière des prophétesses ; et après moi, la fin du monde viendra.

Maximilla.

Il m’a comblée de ses dons. Aucune d’ailleurs ne l’aime autant, — et n’en est plus aimée !

Priscilla.

.

Tu mens ! c’est moi !

Maximilla.

Non, c’est moi !

Elles se battent.
Entre leurs épaules paraît la tête d’un nègre.
Montanus
couvert d’un manteau noir fermé par deux os de mort :

Apaisez-vous, mes colombes ! Incapables du