Page:Hafiz - Quelques Odes, traduction Nicolas, 1898.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 20 —

personne, emporte tes filets, car, vois-tu, dans cette voie, le filet[1] ne peut servir qu’à recevoir le vent.


Dans ce banquet de plaisirs[2], vide une ou deux coupes et va-t-en. Je veux dire : ne prétends pas à la présence constante de ta mie[3].

    Le connaître tel qu’il est est d’impossibilité absolue, mais chacun peut le voir suivant son intelligence. Mohammed ibn-Mohammed Darabi. T. L. U. G.

  1. Dans la voie du véritable amour point n’est besoin de ruses et de tromperies. Donnez votre cœur, donnez-le tout entier, et dépouillez-vous de tous les accessoires terrestres.
  2. Dans ce bas monde.
  3. Ici-bas, voir Dieu est difficile : si un instant tu le trouves, ne sois pas avide de l’avoir toujours, car l’éternité de la vue de Dieu est impossible sur cette terre : il n’apparaît que comme un éclair. Mohammed a dit : « Moi, j’ai un instant avec Dieu : je suis le seul à avoir cet instant : ni l’ange, ni les prophètes ne l’ont eu. » C’est-à-dire je n’ai pu qu’un instant contempler Dieu. Il a dit encore autre part : « Dieu apparaît dans mon cœur et m’accorde sa