Page:Haraucourt - Amis, 1887.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DEUXIEME PARTIE

À DEUX

I


Serons-nous aujourd’hui amis ou
ennemis ?

Stendhal.



Desreynes s’exaltait dans ce triomphe imprévu ; il avait repris son insouciance et son humour : chaque soir l’endormait heureux. Il trouva sublime un proverbe espagnol : « Songer à demain, c’est ne pas croire en Dieu. » Tout lui paraissait logique ou du moins explicable depuis ces révélations qui venaient de lui dévoiler l’intime caractère de Jeanne.

Mais elle en jugeait autrement et l’expansion d’un jour n’était plus revenue. Elle ne comprenait pas comment une telle lâcheté avait pu l’aveulir ; elle rougissait devant elle-même de s’être oubliée à ce point, elle qui faisait sa gloire d’ignorer les faiblesses de femme. Elle disait avec dégoût : « S’oublier ! » Comme si la confiance, l’abandon de toutes les vanités