Page:Haraucourt - Amis, 1887.djvu/288

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Il n’a pas l’air… Mais cela ne prouve rien. Pourquoi ne serait-il pas horriblement dissimulé ? Les hommes ont toujours un vice secret, et celui-là qui ne montre que des vertus doit cacher quelque chose…

Jeanne, en ce moment, ne déduisait pas les sottises l’une de l’autre, avec cette précision lente qu’elle affectionnait tant ; mais l’habitude de raisonner sans fin mène à raisonner sans effort, et presque malgré soi ; sa logique accoutumée lui jetait les affirmations sur les inquiétudes, avec la rapidité de la colère, et lui échafaudait comme en un songe une hypothèse de complot : on la jouait, on allait la jouer.

— Prenons l’avance !

Mais, comment ? Mme d’Arsemar cassa un verre en le posant trop fort. Elle supputait toujours.

Pierre disait alors, fort à propos :

— Il faudrait posséder la raison absolue, ou ne pas se mêler de penser. Nos méditations ne nous mènent souvent qu’à l’erreur et nos vertus qu’au mal, comme parfois nos vices nous conduisent au bien. Notre folie a toujours quelque sens ; notre sagesse est toujours à moitié ivre.

Jeanne était dans une situation d’esprit à prendre la phrase pour une injure personnelle ; quand nous nous absorbons dans un calcul intime, les passants en causent avec nous, et si leurs mots de hasard ont l’irrévérence de tomber pour nous contredire, nous voilà aussitôt raffermis dans notre idée première. Il