Page:Haraucourt - Amis, 1887.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



III

Car lerres le larron mescroit
Ne ly mauvés le bon ne croit
Ains cuide que chascun soit lerres.

E. Deschamps.



Jeanne souriait.

— Vous êtes le bienvenu, monsieur, et je suis heureuse de vous connaître enfin.

Elle dit cela d’une voix gaie. Georges s’inclina. Jeanne rendit le salut, et fit un pas en avant.

— Oh ! s’écria Pierre, vous n’allez pas commencer par les cérémonies ! Ma Jeanne, embrasse ton frère !

— Je veux bien, dit-elle, avec un joli rire d’enfant ; et, rejetant ses deux bras en arrière, elle s’approcha de Georges et lui tendit la joue.

— Mon Dieu, mon Dieu ! songeait-il, et ce cri de prière douloureuse tremblait sur ses lèvres d’athée.

Il n’imagina pas d’abord qu’il pouvait se méprendre : il posa un baiser sur ce visage sans savoir ce qu’il faisait. Et toute leur vie passée, et toute leur vie à venir, en ce quart de minute, lui apparurent vertigineusement, et s’écroulèrent ; il balbutia trois mots