Page:Hardouin - La Detenue de Versailles en 1871.pdf/37

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE III


La cour et l’aspect du Chantier. — Celles que les purs de la presse baptisaient mégères. — Les enfants : le jeu du fusillé ! — Les sculpteurs. — Au Grenier : 400 femmes et 150 enfants. — Agglomération, douleur physique et douleur morale. — Simples réflexions. — Jusques à quand ?… — Entrevue. Spécimen d’arrestation. — Régime alimentaire. — Morale et conséquences du régime.


Escortées de nos sept gardes, il nous faut donc reprendre la route suivie le matin.

Le Chantier se trouve aux environs du chemin de fer ; nous y marchons ; dix minutes s’écoulent, et nous nous trouvons devant le vaste bâtiment dit Grenier d’abondance qui se dresse au fond d’une cour enclavée de murs.

Il faut que le lecteur s’arrête un instant dans cette cour.