Page:Hardouin - La Detenue de Versailles en 1871.pdf/68

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE V


Les agglomérations. — Indifférence ou parti pris. — La thérapeutique d’un major. — Les médecins fédérés : science et modestie. — Les sages-femmes aux chantiers. — La morale humaine. — Les geôliers de l’ordre moral. — Naissance au Grenier. — Le supplice du poteau. — Exploits d’un Corse. — Pour une lettre. — L’incarcérée de Versailles. — À toi Figaro.


Tant d’émotions, de secousses, avaient altéré la santé des plus robustes. L’air ambiant du Grenier continuait l’œuvre d’extinction lente à laquelle on semblait nous vouer. La vie s’échappait là par tous les pores, à dose insensible mais croissante. Un poison volatil rendu chaque jour plus dense imprégnait l’atmosphère où s’agitaient ces 400 femmes. Il pénétrait l’être par les yeux, l’odorat, l’ouïe, le contact ; les