Page:Hatzfeld - Dictionnaire, 1890, T1, Intro.djvu/59

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

ITALIEN 21 bouilleau, cadole, clovisse, escargot, glène, panade, bouin, cagot, cocagne, espade, goudron, panicaut, bouléjon, cagoule, cocon, espadrille, gouge (fille), pantenne, boulièche, cairon, combrière, espalmer, goujat, parpaillot, boulier (filet), caissetin, combuger s, espar, grégeois, passade, bouquer, calandre (alouet- comtat, esparcet, grègue, pastel (guède), hourd, te) (?) coquillade f0 , espart, grenette, pastenade, bourgade calanque, coquiole, esperlucat, griffon (source), patard, bourgin, cale s , cossat, esquicher, gui (vergue), pébrine, bourgne, calère, coucourelle, esquinter, guider, pecque, bourjassotte, caliorne, touffe, estadou, hauturier, pétarade, bourrique, calisson 6 (?), coupeillon, estrade, isard, picaillon, boursal, camail, courantille, fadaise, jarre, picholine, boutade (?), camelle, courtier (?), faguenas, jas, pinchina, boutargue, campagnol(?), couton, farandole, j umart, podestat " , boute, carvi(?), coutrier, faroucb, lampant, police (d'assur .), brague, canne, croquer ( saisir fasier, largue, poncire, brancade, cannelas, avec le croc), fat, larguer, presse (pêche) (?), brancard, canner, croupiat, fauchère, lazaret, rabiole, brandade, canole, croustille, félibre, lime (citron), rapetasser, breste, cap, cuiratier, feuillard, linguel, rémolar, bridole, capade, dame-jeanne, filadière, luisette, remole, brinasse, cape, daurade, tillasse, luzerne, remous, brindille (?) 8 , capéer, décapeler, flageolet, madrague, représaille, brousse, capeler, décaper, flamant, madrier, ressac (?), brugnon, capelet, défendude, Met, magnanerie, roudou, brusc, capeline, déjuc", fougon, maje, roure, brusquer (nain- capion, démascler, fourcat, mante, rufian, ber), capiscol, dépiquer (le blé) 1 ', fovic, margouillet, salade (mets)(?), bugadier, capitoul, déraper, frisquet, marque (lettres de), sarrasin, busserole, capoulière, destrier(marteau), fustet, martingale, sasse, caban, capulet, détroquer, gabare, mascaret, savantas, cabestan, carde', donzelle, gabarit, mascotte, scier (ramer), cabillet, cardon, dot, gabelle, masque (sorcière), soubresaut, cabillot, cargaison, drapade, gabie, mendole, soubrette, câble, carguer, ébouriffé, galoubet, menon, subrécargue, cabre, carnal, ébrouter, gamache, merlus, subrécot, cabrer, carnassier, églantine, gambe, mestre, tin, cabri, carréger, embrun, ganse, micocoulier, tourd, cabriole, caserne, émissole, garbure, milan, tourlourou, cabrion, casse, emparer, gargamelle, mistral, touselle, cabron, cassie, empouter, garigue, moque, triolet (trèfle), cabus', castel, encabanement, garron, muge, troubadour, cacolet, causse, enchaussener, gaver, muscade, truc, cadastre, cèpe, enclotir, gaviteau, muscadelle, truffier, truffière, cade, charade, ers, gavotte, muscadet, velours, cadeau, chatillon 8 , esbroufer, genestrolle, muscat, ventolier, cadédiou, chavirer, escalier, gesse, naulage, viguier, cadenas, ciboule, escampativos, gimblette, nougat, virevau, cadet, cigale, escarbillat, girole, ortolan, yeuse. cadis, civadière, escarbit(?), § 12 . - Italien. Dès le xu e siècle, sinon plus tôt, la littérature en langue vulgaire de la France a joui d'une grande vogue au delà des Alpes et a servi de modèle aux premiers poètes qui se. sont 1. Cf. § 12, p. 23, n . 3. 2. Brondel, que l'on suppose avoir influencé brindille, n'est pas seulement provençal ; il se trouve en ancien français, notamment chez le trouvère Colin Muset. 3. Cabus vient plutôt de l'italien . (Cf. § 84 .) 4. Calandre vient plutôt des patois de la région normanno-picarde . (Cf. § 16 .) 5. Cf. § 12, p . 23, n . 5. 6. Peut-être d'origine italienne. 7. Vient plutôt des patois français de la région normanno-picarde . (Cf. § 16 .) 8. Mot usité à Toulouse d'après Cotgrave ; mais il faut noter que le languedocien vient probablement du français chatouille, altération de sept-oeil. 9. Coinbuger vient plutôt du parler de l'Angoumois ou de la Saintonge que du provençal proprement dit. 10. Le provençal coquillade, altération probable d'un plus ancien' coqulhada, est sans rapport avec le français coquille, mais remonte au latin cucuna, capuchon, qui se retrouve dans cagoule et coule. 11. Cf.-16. 12. Le mot provençal depica ne vient pas de espiga, épi, mais de pica, écraser, fouler. 13. Ce mot vient du provençal ou de l'italien selon qu'il s'applique au midi de la France ou à l'Italie.