Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

vertu ou le génie. C’est au philosophe qui observe les hommes dans le détail à voir les différences que la nature à mises entre eux. Mais ces différences s’anéantissent aux yeux du législateur.

Sans m’arrêter davantage aux critiques faites contre l’un des meilleurs ouvrages de ce siecle, je dirai qu’il fut condamné à Rome par l’inquisition, mais que cette condamnation, sollicitée par le clergé de France, n’eut aucun effet en Italie. Le livre y fut traduit, admiré, et réimprimé. Plusieurs hommes revêtus des premieres dignités de l’église, et entre autres le cardinal Passionnei, s’empresserent d’écrire à l’auteur pour le remercier du plai-