Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

l’évidence d’une très grande vérité : c’est qu’en général, pour étendre et former nos talents, nos qualités, nous comptons trop sur la nature, et pas assez sur l’éducation. Cette maxime de Locke, que nous naissons les disciples des objets qui nous environnent, est mise dans tout son jour par Helvétius. Il faut dire encore que, si chaque homme n’est pas né avec les mêmes dispositions qu’un autre, les hommes considérés en masse sont réputés égaux. Le législateur qui commande à vingt millions d’hommes doit voir à tous les mêmes facultés ; et ses lois, comme celles de la nature, doivent être générales. Elles ne doivent choisir personne pour inspirer à lui seul la