Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

année. En Écosse, MM. Hume et Robertson en parlerent comme d’un ouvragé supérieur. Plusieurs poëtes anglais le célébrerent. Il n’eut de critiques dans cette île éclairée que celles d’un petit nombre de partisans que s’y conserve la philosophie de Platon, embellie et rendue spécieuse par milord Shafsterburi.

En Allemagne, il parut d’abord deux traductions du livre d’Helvétius. Le fameux Gottschetd mit à la tête d’une de ces traductions une préface dans laquelle il dit « que si le livre de l’Esprit a été condamné en France et dans un pays qui croit à l’infaillibilité du pape, il doit réussir chez les protestants et dans les pays où les hommes ont conservé leurs