Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/114

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

classe qu’il à obligés, nous ne nommerons que MM. de l’Etang, qui n’ont jamais voulu taire les bienfaits qu’ils ont reçus d’Helvétius.

Si ses fermiers essuyoit quelque perte, si l’année n’étoit pas féconde, il leur faisoit d’abord des remises, et souvent leur donnoit de l’argent. Il avoit fixé dans ses terres un chirurgien, homme de mérite. Il avoit établi une pharmacie bien fournie de tout, et dont les remedes étoient distribués à tous ceux qui en avoient besoin. Dès qu’un paysan tomboit malade, il recevoit de la viande, du vin, et tout ce qui convenoit à son état. Helvétius alloit le voir souvent, il le consoloit, il avoit soin qu’il fût bien servi ; quelquefois il le