Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

M. de Vasseconcelle se jette à ses genoux en s’écriant : « Ah ! monsieur, vous sauvez la vie à ma femme et à cinq enfants ». Helvétius le releve en l’embrassant, lui parle avec l’intérêt le plus noble et le plus tendre, et lui fait accepter une pension de 1000 livres pour élever ses enfants.

D’autres gentilshommes, ou voisins ou vassaux d’Helvétius, eurent recours à lui dans leurs besoins ; plusieurs furent prévenus. Ceux qui pendant la guerre avoient une troupe à rétablir, ou un équipage à faire, ceux qui avoient des enfants à élever, un bien en désordre, pouvoient compter sur le seigneur de Voré. Entre tous les hommes de cette