Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/123

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

térieur de l’Angleterre beaucoup d’humanité, et rien de cette insolence que les étrangers reprochent quelquefois aux habitants de Londres.

En traversant un bourg de la province d’York-Shire, un postillon mal-adroit le renversa ; les glaces de la chaise furent brisées, et le postillon, qui avoit été fort froissé, jetoit des cris. Helvétius, que les éclats des glaces avoient blessé, sortant de sa chaise, les mains sanglantes, ne s’occupa que du postillon. Quelques paysans, qui étoient accourus pour les secourir, remarquerent ce trait d’humanité, et le firent remarquer à d’autres. Dans le moment, Helvétius fut environné