Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

de tout les habitants du bourg. Tous s’empressoient de lui offrir leur maison, leurs chevaux, des vivres, enfin des secours de toute espèce. Plusieurs, et même des plus riches, vouloient lui servir de postillon.

Il remarquoit dans les Anglais un amour extrême pour leurs enfants. Ce qu’on appelle en France l’esprit de société leur est presque inconnu, mais ils jouissent beaucoup des douceurs de la vie domestique. L’esprit de société rassemble à Paris des hommes qui ont le besoin des amusements frivoles : l’esprit de société rassemble les Anglais pour s’occuper des intérêts et de la prospérité de leur patrie. Ils ne cherchent pas les dissipations, parcequ’ils ont des