Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

une retraite. Tous vouloient l’arrêter. Il fut regretté de tous. Cependant si la persécution s’étoit renouvelée contre lui, l’Angleterre est le pays qu’il auroit choisi pour asyle.

En attendant, il revint en France. On y avoit dissous l’ordre des jésuites. Cette société d’intrigants, cette cabale éternelle, à laquelle se rallioient tous les ambitieux sans mérite, cette société funeste aux mœurs et aux progrès des lumieres, n’avoit point été proscrite par des philosophes. Ils auroient détruit l’ordre ; mais ils auroient bien traité les individus. Les parlements, pour la plupart jansénistes, avoient traité l’ordre comme ils le devoient, et les individus avec barbarie.