Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

dites savant nous, et ne nous les avoient, pour ainsi dire, enlevées !

Je le répete donc ; je ne garantis de mon ouvrage que la pureté et la droiture des intentions. Cependant, quelque assuré qu’on soit de ses intentions, les cris de l’envie sont si favorablement écoutés, et ses fréquentes déclamations sont si propres à séduire des ames plus honnêtes qu’éclairées, qu’on n’écrit, pour ainsi dire, qu’en tremblant. Le découragement dans lequel des imputations souvent calomnieuses ont jeté les hommes de génie semble déjà présager le retour des siécles d’ignorance. Ce n’est, en