Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

maux, et par conséquent est utile. Enfin, c’est par-tout l’utilité qui rend les actions criminelles ou vertueuses.

Mais dans tous les pays on attache l’idée de vertu à des actions qui ne peuvent produire aucun bien. Oui ; mais c’est qu’on est persuadé que ces actions produisent un bien, soit pour ce monde, soit pour l’autre ; et j’appelle ces habitudes, ces actions, vertus de préjugé, dont il faut guérir les hommes.

Ces habitudes n’ont été fondées que sur la préférence donnée à des sociétés particulieres sur la société générale, ce qui seul les rend vicieuses.

Quel bien font au monde et à la