Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Le peuple en est infecté, lorsque les particuliers détachent leurs intérêts de l’intérêt général.

Cette corruption se joint quelquefois à l’autre : alors les moralistes ignorants les confondent ; mais elles sont souvent séparées. La corruption religieuse n’est souvent que l’amour du plaisir, et inspirée par la nature, qu’elle satisfait sans la dégrader. La corruption politique est l’effet du gouvernement.

C’est dans la législation, et dans l’administration des empires qu’il faut chercher la cause des vices et des vertus des hommes.

Les déclamations des moralistes ne font que satisfaire leur vanité, et ne produisent aucun bien. Leurs