Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

et du courage pour établir la tyrannie ; il ne faut quelquefois qu’une audace commune, et des vices. Le prince commence par diviser les ordres des citoyens, par répandre une sorte d’anarchie, pour faire desirer à une partie de la nation l’abaissement de l’autre. Il fait ensuite briller le glaive de la puissance, met les vertus au rang des crimes, multiplie les délateurs, veut étouffer les lumieres, et proscrit également les Séneques et les Thraséas.

Mais les despotes donnent à la soldatesque, qui leur est toujours dévouée, le sentiment de sa force, et finissent par être ses victimes.

L’histoire des empereurs de Rome et de Constantinople, des sultans