Page:Henri IV - Lettres Missives - Tome1.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ANNÉE 1571.


1571. — 24 janvier.

Orig. – B. R. Fonds Béthune, Ms. 8766, fol. 3 recto.


À MON COUSIN MONSR LE MARQUIS DE VILLARS[1].

LIEUTENANT GENERAL POUR LE ROY MON SEIGNEUR EN SES PAYS DE GUYENNE ET POICTOU, EN MON ABSENCE.

Mon Cousin, Ayant esté adverty que l’on detient prisonnier en la conciergerie de Bourdeaulx un nommé Helye Granger, auquel (voyant que ce dont il estoit prevenu estoit couvert par l’edict de pacification[2]) on veult aujourd’huy mectre sus aulcunes choses dont il se justifiera bien aiseement ; craignant que cependant ses juges, qui luy sont, ainsi que je l’ay entendu, assez mal affectionnez, n’usassent envers ledict prisonnier de quelque severe et rigoureux traictement, pour ce qu’il m’a esté, de quelques gens de bien à qui il touche et appartient, recommandé, je vous en ay bien voulu faire ce mot, pour vous prier, mon Cousin, vouloir et mander que l’equité et justice dudict prisonnier soit maintenue et gardée et aultant doulcement et gracieusement traicté que se pourra faire. Et m’asseurant

  1. Honorat de Savoie, marquis de Villars, comte de Tende et de Sommerive, fils de René de Savoie, comte de Villars, et d’Anne Lascaris, succéda à Blaise de Montluc dans la lieutenance de Guienne en 1570, fut fait maréchal de France en 1571, amiral en 1572 après la mort de Coligny, chevalier du Saint-Esprit en 1578, et mourut à Paris en 1580. Il était arrivé à Bordeaux le 4 janvier 1571, avec son gendre Melchior des Prez, seigneur de Montpezat et du Fou en Poitou, qui le suppléa, en diverses circonstances, dans la lieutenance de Guienne.
  2. Cest le traité conclu le 15 août précédent. Brantôme dit, en parlant de M. de Biron, l’un des négociateurs de cette paix : « Et la mena si bien et beau qu’elle se fist, pensant tout le monde qu’elle ne seroit guere bonne, ferme et stable, parce qu’elle estoit malassise et faicte par un boiteux (le pasquin en fut faict ainsy) : le boiteux estoit M. de Biron..... M. de Roissy qu’on appeloit Malassise.... s’en mesla aussy. » (Vies des hommes illustres et grands capitaines françois, le mareschal de Biron). Mézeray s’est trompé en donnant ce nom à la paix de 1568, appelée la paix fourrée.