Page:Henri IV - Lettres Missives - Tome7.djvu/278

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


’ DE HENRI IV. 26] I amé bon frere, cousin et ancien allié, qu°1l vous ayt en sa samcte et digne garde. i

HENRY.

[1607. — veus LA rm DE MM.] -Il"‘°. Cop. — Archives de M. le marquis de la Grange. [A ........ ] Mon Cousin, .I’ay receu la vostre, que vous m’avés escripte le v1° avril ; et le s' d'I Ialincourt, mon ambassadeur, m’a faict entendre l’ollice que vous desirés de ma recommandation en faveur d’un de vos freres qui s'estoit separé de la republique de Venise sur ces der- niers mouvcmens. Maintenant que Dieu a voulu par ses divines bontez _ apporter le temperemment qui estoit necessaire pour le bien general de la Chrestienté, et qu’il a donné à Pentremise de mon auctorité ce contentement de voir les choses en assez bon estat, il en faut attendre la perfection ; et alors qu’elles seront entierement accomplies, j’auray esgard à la priere que vous m’avés faicte et mettray peine de vous y assister de ce qui despendra de moy, pour vous tesmoigner la bonne volonté que je vous porte et à ceux qui vous appartiennent, ainsy que vous dira plus amplement mon dict ambassadeur. Je prie Dieu, mon Cousin, u’il vous a t en sa saincte arde. (I Y È

HENRY.

[I607. — vEns ALA rm ne MM.]—III“°. Cop. — Archives de M. le marquis de la Grange. [A ........ ] _ ‘ Nostre amé et feal, Ayant sceu qu’à cause du decés advenu de nostre chere et bien amée cousine la duchesse des Deux—Ponts, il ' Bien que cette pièce ne soit pas pro- taire après décès, nous la donnons ici, prement une lettre, mais l'ordre donné à _par exception, en considération de Tintérêt un oliicier de justice de dresser un inven- qui s’attache à la mémoire de la personne