Page:Henri Poincaré - Théorie analytique de la propagation de la chaleur, 1895.djvu/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


CONDUCTIBILITE 3 3. Loi de Newton.— On admet que les échanges de chaleur sont régis par la loi de Newton : La quantité de chaleur perdue par le corps est propor- tionnelle à V0 ~ V,. Cette loi n'est qu'approximative et ne peut être consi- dérée comme exacte que si V0 — "V, est petit. De plus, orNpeut admettre que la quantité de chaleur rayonnée soit fonction seulement de la différence des tem- pératures : elle doit dépendre aussi des températures absolues des corps en présence. Par exemple, dans le cas où : etdanslecasoù: la quantité de chaleur rayonnée ne sera pas la même. 4. Conductibilité. — Considérons un corps solide. Si les différents points de ce corps ne sont pas à la même tem- pérature, ces températures tendent à s'égaliser. Soit par exemple une barre ABCD [fig. 1). Supposons que l'on chauffe AB. Dans ce mode de propa- gation, AB ne peut pas céder directement de la chaleur à CD. La partie CD ne pourra s'échauffer qujaprês que la partie BC se sera échauffée elle-même. De sorte que l'on