Page:Henry - Le Père Lachaise historique, monumental et biographique.djvu/71

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

piqué au vif, lui ayant dit un jour : « Savez-vous, monsieur Caron, que ma maison compte vingt-deux quartiers ? — Vous avez là sur moi un grand avantage, monsieur le marquis, lui répondit Beaumarchais, car mon quartier, à moi, ne compte pas vingt-deux maisons ! » Un bonheur aussi constant faisait dire : Beaumarchais sera heureux jusqu’au bout ; il sera pendu, mais la corde cassera ! Et la corde cassa en effet : il fut emprisonné à l’abbaye et condamné à mort en 1793 ; mais il échappa à l’échafaud, et mourut tranquille, mais ruiné, en 1799.

Derrière la tombe de Beaumarchais s’élève le monument en marbre blanc du comte de Ribes. A douze pas environ derrière celui-ci et un peu à droite, on voit sur une même ligne les tombeaux de la princesse CZARTORYSKA, du général SOURD et du général DESSOLES.

Le général SOURD, dans le cours de sa brillante carrière, reçut dix-sept blessures graves sur le corps ; mais son héroïsme à Waterloo surpassa tout ce que les annales militaires montrent de plus étonnant : sommé de se rendre par un colonel anglais, Sourd, pour toute réponse, lui passe son sabre au travers du corps, et renverse tout ce qui se trouve à sa portée. Horace Vernet représenté, sur son tableau de cette grande bataille, se défendant encore après que son bras droit, déchiqueté à coups de sabre, fut tombé à côté de lui. Pendant que Larrey le pansait à la hâte, Sourd, assis sur une borne, excitait par ses cris les hommes à bien faire ; puis il remonta à cheval, et, le sabre dans la main gauche, la bride entre les dents, il continua à charger. Ses lanciers recueillirent son bras amputé, et l’enterrèrent sur le champ de bataille avec cette poétique inscription :

Au bras le plus vaillant de l’armée !

Le général DESSOLES, ancien lieutenant et ami de Moreau, contribua beaucoup, en 1814, à faire prononcer la déchéance de Napoléon. Il commanda chef la garde nationale de Paris après le désastre de Waterloo, et fut membre du gouvernement provioire qui précéda la rentrée de Louis XVIII,