Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
239
SAÔNENSKAN

si-st-ere, etc., vir. tâu et ta « je suis », etc., got. st-and-an, ag. to stand et al. stehen t lit. stà-ju « je marche », vsl. sta-yV « je m’arrête » et sto-ja « je me tiens debout », etc. Cf. arzaô, gwestad, ros, etc.

Saônen, s. f., vallée. — Étym. inc.

Saotr, s. m., ordure, vbr. pl. saltr-ocion « vicieuses » : abstrait d’un baslat. exalter-atusy « gâté, corrompu, souillé »[1]. — Conj.

Saoud, s. m. f., gros bétail, vaches. Empr. bas-lat. solidus > bas-lat. soldum[2] (monnaie), par répercussion du rapport de pecunia à pecu.

Saouzan, s. f., surprise, tromperie, corn. sawtheny « tromper », vbr. Soudan « stupeur » : dér. d’un empr. bas-lat. *subidànus « soudain » < lat. *subitànus, dér. de l’adv. subito.

Saoz, adj., s. m., Anglais, mbr. Saus, corn. Sows, cymr. Sais, etc. Empr. bas-lat. Saxo (pl.celt. *Sax-dn-es), qui est un ethnique germanique.

Sap, sapr, s. m., sapin : d’un gaul. latinisé *sap-u-s, attesté par bas-lat. sapinus > fr. sapin, etc. ; la forme celt. se ramène à *soq-o- « résine », gr. ὀπ-ό-ς et vsl. sok-û « suc », lit. sak-aï « résine », etc. ; cf. corn. sib-uit « sapin », et cymr. syb-wydd-en « pin »[3]. Cf. sabr.

Saragérez, s. f., bardane : parait, comme sérégen, se rattacher à une forme sans t du radical de staga. V. ces deux mots[4].

Sardonen, s. t., frelon : pour *sa-dron- (vbr. pl. satron), dont le second élément parait l’équivalent de l’ag. drone id. et se retrouve ailleurs encore qu’en germanique ; le premier est un préfixe inconnu[5].

Savellek (V.), s. m., râle de genêt, cf. cymr. se/ylliog « ce qui tient debout » [6] (aussi a flâneur, errant »). V. sous saô et séoeL — Ern.

Saven, s. f., terrasse : dér. de saô. V. ce mot.

Skabel, s. f., escabelle. Empr. fr. Cf. skaon et eskammed.

Skaf, s. m., esquif. Empr. lat. scapha et scaphium.

Skalf, s. m., fente : abstrait de skalfa « se fendre », qui pourrait être une métathèse avec corruption de l’al. spalten « fendre ».

Skan, skaùv. adj., léger, agile, mbr. scaff, corn. scaf, cymr. ysgafn, vbr.

  1. Le cymr. salder « pauvreté » n’est homophone qu’en apparence : il dérive de sal « souffreteux », dont au surplus l’origine m’est inconnue.
  2. D’où ital. soldoei fr. *sold > sol > sou.
  3. Pour le second terme de ces composés, voir gwèzen.
  4. L’insertion de l’r peut provenir d’une contamination du fr. grateron, ou mieux du br. skraba, skrapa, etc.
  5. Conj. Ern. — Cf. safron et santol.
  6. Parce qu’il vole avec les pieds en position verticale. Ou le second sens ?