Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
45
BRÎD-BRONN


Brîd, s. m., bride. Erapr. fr. (changement de genre).

Briénen, s. f., miette, cymr. briw, corn. brew « brisé » : supposent un plus ancien *bricénen[1]. Cf. brèca et braê.

Brifa, vb., manger goulûment. Empr. fr. briffer (argot)[2].

Briñen, s. m., gruau, mbr. brignhon, corn. brynnian id. : semble déformation analogue à celle de briénen. V. ce mot.

Brîz, adj., moucheté, corn. bruit, cymr. braith et brith, vir. mrecht id. : soit un celt. *mrik-to- < *mrk to- de rac. MERÄG, lit. màrg-a-s « bigarré », gr. μαρ-μαρυγ-ή (mar-marug-ê) « chatoiement », etc. Cf. 2 brèac’h et 2 brézel.

Brizen, s. f., tache de rousseur : dér. du précédent.

Brizi, s. m., motte de tanneur (aussi brézi). Cf. fr. ancien : braUc « drèche » ; bresÎlle « orge à faire du malt » ; bresil « brasier », et aussi « bois de teinture et de tannerie » (God.), à cause de .sa provenance. Empr. fr. sûr, mais source indécise.

Brô, s. f., pays, corn. et cymr. bro, cymr. Cym-mro « compatriote » pl. Cymmry, gaul. *brog- dans Allo-brog-es « les gens de l’autre pays », vir. mrug > brug « pays », ir. etgael. brugh « habitation » : suppose un celt. *mrog-i-, qui paraît apparenté au lat. margô « bord » et surtout au germ. mark « frontière »[3], persan marz id.

Broenn, s. m., jonc, cymr. brwyn, cf. vir. broth « épi » : paraissent se rattacher à un radical qui signifie « pointu ». Cf. broc’h.

Broez, s. f., colère : dér. de la même rac. que 2broud.

Brogonen (V.), s. f., éclair : exactement « éclat ». — Conj.[4].

Broc’h, s. m., blaireau, corn. et cymr. broch, vir. brocc, ir. et gael. broc id. : d’un celt. *bro/cko-, gaul. latinisé broccus (d’où fr. broc « vase à bec », broche, brochet, etc.) impliquant l’idée de « pointu, museau pointu », etc. ; cf. {abréviation|gr.|grec}} βρύϰ-ω (bruk-ô) « je mords », et russe barsuku « blaireau », s’il n’est empr. ouralo-altaïque (Miklosich). V. encore barr et broenn.

Brôn, s. m., saignée du porc, cf. (non sans une altération inexplicable), vbr. brehant « gorge », cymr. breuant, vir. bràge (gén. brâgat), ir. brâighid, gael. bràghad id. : d’un celt. *bràg-n-(t-), gr. βρόγϰ-ο-ς (brogch-o-s) « larynx », ag. craw « jabot » et al. kragen « col ».

Broun, s. f., mamelle, sein, pis, cymr., corn. et vbr. bron, vir. et gael.

  1. Faut-il y rapporter fr. bribe, d’origine inconnue ?
  2. Cf. Briffaut (en vénerie, n. pr. de chien), briffauder et brifferie (God.)
  3. D’où fr. Marche (de Bretagne, etc.) et marquis.
  4. En d’autres termes, de même souche que brégas, bramm, etc.