Page:Hippocrate - Œuvres complètes, traduction Littré, 1839 volume 1.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


tantôt une substance simple, tantôt un mélange de substances, tantôt une combinaison du froid et de l’air [1]. »

Il faut placer à une époque incertaine, mais avant Galien, qui le cite, un médecin anonyme qui avait composé un Traité sur le régime suivant Hippocrate, et qui l’avait dédié à Victor, consul romain [2].

On peut juger, après une si longue énumération, s’il est vrai que l’étude d’Hippocrate était négligée du temps de Galien, et que ce médecin ait eu le mérite de tirer de l’oubli, où ils étaient tombés, les écrits de l’asclépiade de Cos.

Avant de quitter tous ces commentateurs et de passer à Galien, il ne sera pas inutile de rapporter le jugement que le médecin de Pergame a prononcé sur eux en masse. En l’absence de leurs écrits, ce sera un renseignement sur ce qu’ils ont pu être. Il est très probable aussi que la liste de commentateurs, que j’ai dressée, ne contient pas tous ceux qui avaient travaillé à la critique des écrits hippocratiques. Nous n’avons là que les noms qui se trouvent cités dans les écrivains qui sont parvenus jusqu’à nous ; mais le nombre en était sans doute plus grand, et Galien parle souvent des commentateurs en général, sans en nommer un en particulier. Je donne ici l’avis de Galien sur eux, j’ai indiqué plus haut, en certains cas, les restrictions qu’il faut y apporter.

Les commentateurs avaient fait beaucoup de recherches sur les noms des malades et sur leurs habitations. Ainsi, dans

  1. Οὐδ’ ἂν πείσειαν ἡμᾶς τε ϰαὶ αὐτοὺς ἐπ’ ἀληθείᾳ, ὅτι ἴσασι τί ἡ φύσις ἐστιν, ἣν ἄνω τε ϰαὶ ϰάτω θρυλλοῦσι τραγῳδοῦντες ἤτοι θερμὸν ἁπλοῦν ἢ ϰρᾶμα ϰἀξ μίξεως, ἢ ψυχροῦ οὐσίαν ϰαὶ πνεύματος. Gal. t. V, p. 339, Ed. Basil.
  2. Τὸ περὶ τῆς ϰαθ' Ἱπποϰράτην διαίτης. — Βίϰτωρι, τῷ Ρώμης ὑπάρχῳ, t. V, P. 86, Éd. Basil.