Page:Hippocrate - Œuvres complètes, traduction Littré, 1839 volume 1.djvu/162

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


maladies, et qui avait été cité par Bacchius. Ce sont là les seules différences que, vu l’insuffisance des notions possédées sur les travaux des anciens commentateurs, nous puissions signaler avec certitude. Il est inutile d’établir aucune comparaison entre la liste d’Érotien et les listes précédentes dans le but de voir ce que la première a de plus que les secondes , car de celles-ci nous ne possédons que des fragments qui ne permettent aucun rapprochement de ce genre. D’Érotien à Galien il se trouve un grand nombre de commentateurs dont les œuvres ont totalement péri. Comme leurs témoignages n’ont plus la même importance que ceux des commentateurs antérieurs à Érotien , comme aussi leurs indications, que j’emprunterais à Galien, ne nous apprendraient rien de plus que ce que nous apprend cet écrivain lui-même, je me bornerai à réunir les mentions que le médecin de Pergame a faites des livres hippocratiques. Il avait consacré un ouvrage spécial à la critique de ces livres , ouvrage qui a malheureusement péri, et dont rien ne peut compenser la perte. Il y avait sans nul doute donné le catalogue de tous les traités qui figuraient dans la Collection hippocratique à un titre ou à un autre. Dans l’absence de ce catalogue , je vais réunir tout ce qui , dans les volumineux écrits de Galien, se rapporte aux recherches dont je m’occupe en ce chapitre.

Il est inutile que je répète à propos de Galien la liste donnée par Erotien; je me contenterai, pour abréger, de signaler les différences. Galien a cité tous les livres énumérés dans le catalogue d’Erotien, à l’exception d’un seul, qui est celui sur les Blessures et sur les traits. Il a en sus (et c’est sans doute le même sous un autre nom) il a en sus un traité sur les Blessures dangereuses. Il a nommé de plus que lui : les Prénotions de Cos , que des critiques antérieurs à Érotien