Page:Hippocrate - Œuvres complètes, traduction Littré, 1839 volume 1.djvu/216

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


d’Hippocrate, c’est-à-dire de la règle d’après laquelle il jugeait la santé et la maladie, observait les malades et décrivait leur histoire, diagnostiquait moins l’affection particulière que ses terminaisons et ses crises, d’après laquelle enfin il appliquait les remèdes. Le chapitre XIII est consacré à cette étude. La lecture des ouvrages où mes devanciers avaient adopté des points de vue divergents, m’avait fait sentir la nécessité de combiner tous les résultats de la critique, et de les accepter comme conditions du problème, de manière que les écrits qui échappaient à l'une de ces conditions, se trouvassent , par cela seul , rejetés hors du catalogue hippocratique que je travaille à dresser. Il fallait donc que le système d’Hippocrate se montrât, plus ou moins à découvert, dans les écrits que je déclarais hippocratiques d’après des témoignages directs, ou d’après des conséquences tirées des témoignages. Obligé ainsi de contrôler mes premières déterminations, j’ai reconnu qu’elles recevaient une clarté nouvelle de l’ensemble même de la doctrine, ensemble qui m’a aidé à fortifier quelques points faibles où la critique ne peut fournir de documents bien certains.

Les considérations sur le style et sur les pensées ont été invoquées en troisième lieu. La méthode même suivie par les critiques qui ont surtout beaucoup attribué à ce mode de détermination, s’est présentée alors à mon esprit d’une manière inverse. Au lieu de chercher à décider par l’étude du style quels étaient les livres d’Hippocrate, j’ai cherché, ayant déterminé ces livres par un autre moyen, à reconnaître les caractères du style d’Hippocrate. Il fallait qu’entre ces livres je ne trouvasse aucune disparate choquante dans le langage et l’exposition; car une telle disparate m’aurait inspiré des doutes sur la valeur des arguments antécédents qui m’avaient décidé. J’ai donc encore ici appliqué la règle qui