Page:Hippocrate - Œuvres complètes, traduction Littré, 1839 volume 1.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Dans le morceau qui, portant autrefois le titre de Περί φλεϐών (Peri phlebôn), faisait partie du traité des Instruments de réduction, et est, dans les éditions modernes, placé à la fin de la compilation intitulée de la Nature des os, on lit en parlant des veines : « Dans un cercle tracé, un commencement ne se peut trouver[1]. » La même phrase est dans le traité des Lieux dans l’homme[2].

Il est dit dans le traité des Airs, des Eaux et des Lieux : « Le sperme provient de toutes les parties du corps, sain des parties saines, malade des parties malades [3]. » Cette phrase est textuellement reproduite dans le livre de la Maladie sacrée [4].

On lit dans l’opuscule sur l’Usage des liquides : « L’eau chaude a les inconvénients suivants pour ceux qui en usent souvent : elle produit le relâchement des chairs, l’impuissance des ligaments, l’engourdissement de la pensée, des hémorrhagies, des syncopes ; et ces accidents vont jusqu’à la mort ; l’eau froide produit des convulsions, des tétanos, des lividités et des frissons fébriles [5] » Tout cela se trouve dans les Aphorismes, section ν [6]. De même on lit également, dans l’opuscule sur l’Usage des liquides et dans la même section des Aphorismes, les lignes suivantes : « Le froid est l’ennemi des os, des dents, des tendons, du cerveau, de la moelle épinière ; le chaud en est l’ami. »

  1. Page 61, Ed. Frob.
  2. Page 63, Ed. Frob.
  3. Ὁ γὰρ γόνος πανταχόθεν ἔρχεται, ἀπὸ τε τῶν ὑγιηρῶν ὑγιηρὸς τοῦ σώματος, ἀπὸ τε τῶν νοσερῶν νοσερός. Ρ. 77, Ed. Frob).
  4. Ὡς ὁ γόνος ἔρχεται πάντοθεν τοῦ σώματος, ἀπὸ τε τῶν ὑγιηρῶν ὑγιηρὸς, ἀπὸ τε τῶν νοσερῶν νοσερός. Ρ. 123, Ed. Frob.
  5. Page 112, Ed. Frob.
  6. Page 396, Ed. Frob.