Page:Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v9.djvu/283

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


DES DEV X Indes. iG^ §L néceiTaire n’eft que celle des animaux imbécilîes de la fable , entre lefquels vous vous êtes réfervé le rôle du lion. Peut-être ne vous êtes - vous laiffés entraîner à remplir de fang & de ravages le Nouveau - Monde que par un faux point d’honneur. Nous aimons à nous perfuader que tant de forfaits n’ont pas été qs ccnféquences d’un projet froidement concerté. On vous a voit dit que les Américains n’étoient _ qu’un vil troupeau de lâches que la moindre menace ameneroit tremblans & confternés à tout ce qu’il vous plairoit d’exiger. A la place des hommes pufiUanimes qu’on vous avoit peints & promis , vous rencontrez de braves gens , de véritables Anglois , des concitoyens dignes de vous. Etoit-ce une raifon de vous irriter ? Quoi ! vos aïeux ont admiré le Batave fecouant le joug Efpagnol ; & ce joug , vous feriez étonnés , vous leurs defcendans , que vos compatriotes, vos frères , ceux qui fentoient votre fang circuler dans leurs veines euffent préféré d’en arrofer la terre & de mourir plutôt ique de vivre efclaves ? Un étranger , f»r lequel vous eulTiez formé les mêmes pré-