Page:Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v9.djvu/292

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


178 Histoire philosophi<iu e

» du monde ; allez chercher celles dont vouS » avez befoin. Cefl un de nos privilèges , » qu’il l’oit aufil le vôtre. L’empire de l’océan , que nous avons conquis par deux » fiècles de grandeur & de gloire , vous apparticnt comme à nous. Nous ferons unis » par les liens du commerce. Vous nous » apporterez vos produdions que nous acceptcrons de préférence à celles de tous » les autres peuples , & nous efpérons que » vous préférerez les nôtres à celles de » l’étranger, fans toutefois que vous y foyez » aflreints par aucune loi , que par celle de » l’intérêt commun , & le titre de concftoyens & d’amis.

» Que vos vaifleaux & les nôtres , décorés du môme pavillon, couvrent les mers , » & que des deux côtés il s’élève des cris » de joie , lorfque ces vaiffeaux amis fe rencontreront au milieu des déferts de l’océan. Que la paix renaiffe , que la concorde » dure à jamais entre nous. Nous concevons » enfin que la chaîne d’une bienveillance » réciproque eu. la feule qui puifTe lier des î> empires auffi éloignés , Se que tout autre i> principe d’unité feroit injulle & précaire*