Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
108
LABRADOR ET ANTICOSTI

, et cinq semaines au printemps suivant, homme, femme, filles et enfants tournèrent à bras cet appareil. Le givre, le froid, la lassitude engourdissaient les mains ; le sommeil alourdissait les paupières. N’importe, il fallait tourner toujours, tourner sans cesse, sans se hâter, sans se reposer, tant que durerait ce terrible quart, où la consigne consistait à devenir automate et à faire marcher la lumière qui indiquait la route aux travailleurs


Huard - Labrador et Anticosti, 1897 (page 124 crop).jpg
DÉBARCADÈRE DE L’ÎLE-AUX-ŒUFS.

(Album Gregory.)


de la mer. Pendant ces interminables nuits, où les engelures, les insomnies et l’énervement s’étaient donné rendez-vous dans cette tour, pas une plainte ne se fit entendre. Personne, depuis l’enfant de dix ans jusqu’à la femme de quarante, ne fut trouvé en défaut ; et le phare de l’île aux Œufs continua, chaque minute et demie, à jeter la lumière protectrice sur les

    La famille Côté fit ainsi mouvoir le mécanisme durant 27 nuits l’automne, et 27 nuits le printemps. Je tiens de M. Côté lui-même ce renseignement précis.