Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/173

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
157
SHELDRAKE — RIVIÈRE-AU-TONNERRE

Monseigneur a accepté aussi d’y loger durant son séjour à la Rivière-au-Tonnerre.

Vers 1875, on éleva une petite chapelle, et l’on y ajouta ensuite une construction de dimensions assez considérables, dont la moitié servit d’école, et le reste fut la sacristie de la chapelle. Enfin, en 1891, on érigea en face de cette chapelle l’église actuelle (40 pieds sur 30), dont l’intérieur est en partie achevé, et l’on transporta au bon endroit la construction dont je viens de parler, et qui est entièrement employée comme sacristie. Bientôt un clocher s’élèvera sur l’église. Pendant cette visite pastorale, on appelait les gens aux exercices religieux en hissant un drapeau au bout d’un mât planté au centre du village.

* * *

Les alentours de la Rivière-au-Tonnerre n’offrent rien de bien agréable à l’œil, tant le paysage est dépourvu d’arbres de bonne taille. C’est le résultat d’un incendie qui s’alluma à Sheldrake le 11 juillet 1882. Le vent de nord amena le feu jusqu’à ce village, qui fut presque totalement détruit. L’incendie dura trois semaines dans les forêts, et s’étendit jusqu’à trois jours de marche à partir de la côte. Ce désastre a bien retardé le progrès de la Rivière-du-Tonnerre, dont les constructions actuelles, quoique fort convenables, ne donnent pas l’idée de ce qu’était autrefois ce village. Sur les quarante familles qui y résidaient jusque-là, une douzaine seulement n’émigrèrent pas, et la misère fut grande l’hiver suivant.

* * *

Il est temps de parler de la pêche et de la chasse. Ici, on ne fait pas la chasse d’hiver au loup marin ; on n’y pêche pas non plus le hareng : on n’a pas, en général, les ressources nécessaires à l’acquisition du matériel qu’il faudrait pour se livrer à ces occupations.