Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/205

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
189
MAGPIE — SAINT-JEAN

de trois, sont à la tête de cette chaîne presque ininterrompue, et la première qu’on rencontre, et que l’on désigne seule ordinairement par le nom d’île aux Perroquets, porte un phare à lanterne tournante, qui rend bien des services à la navigation. Il y a quelques années, M. de Puyjalon eut le soin de ce phare. Le gardien actuel est M. Placide Vigneau, l’un des plus anciens habitants de la Pointe-aux-Esquimaux, où il passe l’hiver.


Huard - Labrador et Anticosti, 1897 (page 205 crop).jpg
PÊCHEUR DANS UNE « DORIS. »

(Photog. par l’Auteur.)


En face du village de la Longuepointe, on voit l’île Nue (ainsi nommée parce qu’il n’y croît aucun arbre), les deux îles à Bouleau, et l’île de Mingan. Ce village étant au fond d’une anse fort étendue, il y a là un havre de bel aspect.

Vers 1½ heure de l’après-midi, nous jetions l’ancre vis-à-vis ce village de la Longuepointe, dont le nom complet est Sainte-Anne de la Longuepointe de Mingan[1]

  1. Statistiques. — Population catholique : 20 familles ; 159 personnes, dont 65 communiants. Confirmés, 9. Population protestante : 2 familles, 10 âmes. L’école est suivie par une cinquantaine d’enfants.