Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Huard - Labrador et Anticosti, 1897 (page 411 crop).jpg

CHAPITRE ONZIÈME

Île d’Anticosti


En route. — Ô belle nuit ! — Réveil inattendu. — Nous voilà « dégradés ». — Les Robinsons anticostiens. — Mgr Labrecque part à pied pour la Baie-des-Anglais. — Pourquoi M. l’abbé Lagueux ne prit pas de truite. — La guerre avec les moustiques. — On remet à la voile. — La cuisine du bord. — Pénible voyage de Mgr Labrecque. — À la Baie-Des-Anglais. — Un peu d’histoire. — Émigration. — Belles orchidées. — Un phénomène étrange. — La pêche. — École et chapelle. — Les émotions d’un débarquement. — Une alerte. — Anse-Aux-Fraises. — Un obligeant paroissien. — Saumon « illégal ». — Climat et productions. — Historique. — Encore les moustiques. — La baie de Gamache — Indignation meetings. — Pointe-Ouest. — Le phare. — Un contre-temps bien agréable.


La mer est calme comme de l’huile ; pas un souffle de vent ne vient en rider la surface, et il faut avoir du toupet, semble-t-il, pour entreprendre une traversée d’une dizaine de lieues en de telles conditions. Nous sortons du havre de la Longue-pointe à force de rames, et heureusement la brise se met à souffler. La lune s’est levée, et nous nous avançons dans la longue traînée d’argent qu’elle répand sur les eaux. Nous passons bientôt près des îles où se sont réfugiés pour la nuit ces milliers d’oiseaux de mer que l’on voit courir tout le jour par troupes nombreuses. Mais ils n’en sont pas encore à l’heure du sommeil ; car leurs cris aigus, retentissant sur tous les tons, font le vacarme le plus assourdissant que j’ai jamais entendu. On croirait que les gibiers se racontent là leurs aventures de la journée.

Cependant la fraîcheur de la soirée et l’humidité de l’atmos-