Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/307

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
291
POINTE-AUX-ESQUIMAUX

« Vers ce même temps, aussi, un petit traiteur, nommé Poitras, ayant appris que quelques familles s’étaient établies à la Pointe, y accourut dans l’intention d’y faire des affaires. Il s’y bâtit à la hâte un cabanon, le recouvrit en écorce, et s’y installa avec ses marchandises. À son départ, en automne, il laissa aux gens le peu de provisions qui lui restaient, emportant en revanche « beaucoup plus qu’il leur en avait laissé », avec promesse de revenir le printemps suivant. Mais ils ne l’ont jamais revu. Ce fut là le premier marchand qu’il y eut à la Pointe-aux-Esquimaux.

“ En octobre, Christophe Vigneau, copropriétaire de la goélette Eugénie, arriva à la Pointe pour s’y établir, avec trois autres familles, Xavier Cormier, Jean Cormier et Prosper Cyr. En mai 1858, huit autres familles vinrent rejoindre les premières : Amédée Vigneau (l’un des propriétaires de l'Eugénie), Gratien Cyr, Dominique Cormier, Placide Doyle (propriétaire de la Vénéléo), John Doyle (père du précédent), Joseph Boudreau (surnommé Joson, père de Vital Boudreau), Hippolyte Arseneau et Hippolyte Cormier. À l’automne, l'Eugénie, en revenant d’Halifax, arrêta aux îles de la Madeleine et emmena Frédéric Geomphe avec sa famille. Enfin, le 12 novembre, nous arrivions, toute notre famille, à la Pointe-aux-Esquimaux, à bord de la goélette Wide-Awake, dont mon père, Vital Vigneau, était propriétaire. Nous avions aussi à bord Samuel Doyle et sa famille, et quelques jeunesses qui venaient passer l’hiver sur la Côte. Nous apportions avec nous des provisions et des marchandises pour l’usage des habitants. Vers la fin du même mois, le Capt. LeMarquend arrivait aussi à la Pointe pour s’y fixer, avec les Warren de la Malbaie, à bord d’une goélette leur appartenant. Mais ces derniers étaient venus passer l’hiver seulement, dans l’intention d’aller à la chasse au loup marin le printemps suivant. — Tels furent les commencements de la Pointe-aux-Esquimaux.

« De 1859 à la fin de 1861, la population augmenta de dix-sept familles, dont deux familles canadiennes, et les autres des