Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/310

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
294
LABRADOR ET ANTICOSTI

angoisses, dans l’impossibilité où l’on était de leur procurer les secours religieux !

En écoutant ces doléances, le saint prêtre, qui se nommait Claude-Antoine Ternet, pleurait à chaudes larmes. Arrivé devant l’archevêque, il se jette à ses genoux, et lui demande la permission d’aller passer l’hiver avec ces pauvres pêcheurs. Le prélat ne manqua pas de lui représenter qu’il ne fallait pas céder à une émotion, fort touchante sans doute, mais qui n’était pas une infaillible garantie d’appréciation ; il lui exposa quels ennuis, quelles privations, quelles fatigues l’attendaient en ce lointain pays du Labrador. Mais cela n’ébranla aucunement le dessein du missionnaire, qui finit par obtenir l’autorisation d’aller passer un an à la Pointe-aux-Esquimaux.

À l’instant et tout joyeux, M. Ternet s’empressa de retirer ses bagages du steamer, et fit ses adieux à son neveu qui était venu de France tout exprès pour le ramener en Europe ! Il n’est pas téméraire de penser que ce neveu n’a pas eu trop, pour revenir de l’étonnement qu’il dut éprouver à l’annonce d’une nouvelle aussi étrange, des trente-sept années qui se sont écoulées depuis.

Enfin, sans hésitation, sans regret, l’abbé Ternet s’embarqua sur une goélette en partance, pour aller hiverner au Labrador.

Si ce n’est pas là du dévouement le plus héroïque, je ne sais où nous en trouverons ailleurs quelque exemple.

M. Ternet n’était pas jeune, puisqu’il avait reçu l’onction sacerdotale en 1818, à Besançon. Il arriva donc, après deux ans de séjour au Labrador, que sa santé ne lui permettait plus de faire de longues marches. Il obtint alors qu’on le relevât de ses fonctions de missionnaire. Mais il voulut rester à la Pointe-aux-Esquimaux, au milieu des bons pêcheurs de l’endroit. Il y résida dans une petite maison, où il vivait absolument seul, sans aucun domestique. Et, durant les longs et fréquents voyages du missionnaire qui l’avait remplacé, il se montrait tout heureux de pourvoir aux besoins spirituels de la population au milieu de laquelle il était demeuré.