Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/313

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
297
POINTE-AUX-ESQUIMAUX

comme un grand honneur d’héberger ainsi le missionnaire ; et c’est ordinairement toujours la même famille qui jouit de ce privilège. À la Pointe-aux-Esquimaux, ce fut dans la maison de Firmin Boudreau, ancien capitaine de milice aux îles de la Madeleine, que les missionnaires reçurent ainsi l’hospitalité. M. Ternet, le premier prêtre résidant, fut aussi l’hôte de cette famille. Mais son successeur, M. A. Pelletier, eut un presbytère. L’on avait acheté pour cet usage la maison qu’avait occupée Jean Hamond, le premier « bourgeois » qui s’était établi ici, vers 1860. Quant au presbytère actuellement en usage, on le construisit de 1879 à 1881. Mgr Bossé y fit aussi exécuter des travaux, et c’est maintenant une demeure confortable et de belle apparence à l’extérieur comme à l’intérieur. Et même c’est l’un des très rares édifices de la Côte Nord où l’on voit des enduits en mortier et en plâtre sur les murs et les cloisons.


Huard - Labrador et Anticosti, 1897 (page 313 crop).jpg
ÉGLISE ET PRESBYTÈRE DE LA POINTE-AUX-ESQUIMAUX.

(Photog. par l’Auteur.)