Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/371

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
353
DE LA POINTE-AUX-ESQUIMAUX À NATASHQUAN

population, et administre le sacrement de confirmation aux personnes préparées pour le recevoir.

Saint-Félix de Goynish[1] fait partie de la desserte confiée au missionnaire de Natashquan, M. l’abbé J.-F.-R. Gauthier, qui était ici depuis quelques jours, afin de tout préparer pour la visite pastorale. Ce prêtre, qui réside si loin de tout confrère, se montre particulièrement heureux de jouir en ce moment de la présence de son évêque et des prêtres qui l’accompagnent.

Cet établissement commença en même temps que Nabésippi, dont j’ai parlé plus haut, c’est-à-dire en 1854 ou 1855. Deux frères Rochette, de Québec, mariés aux deux sœurs, demeuraient depuis quelques années dans les environs du cap Whittle (situé à près de 80 milles plus bas que Natashquan). Dès que ces deux familles eurent connaissance du fait que la Compagnie de la baie d’Hudson avait abandonné — c’était quelque temps avant l’expiration de son bail — les postes de pêche à saumon qu’elle possédait dans les rivières Nabésippi et Goynish, elles se hâtèrent d’aller s’y fixer. Nous recevons précisément l’hospitalité de celui des deux frères qui s’était alors établi à Goynish, et dont la famille constitua durant dix ou douze ans la seule population du lieu.

M. J.-B. Rochette, durant les premières années de son séjour à Goynish, ne s’occupa que de la pêche au saumon. Il ne venait pas de pêcheurs, à cette époque, pour tenter à Goynish la pêche à la morue. Avec le temps, néanmoins, on s’aperçut qu’ici aussi il y avait de ce poisson. Vers 1875, l’endroit était reconnu pour une assez bonne place de pêche. Quelques familles canadiennes vinrent s’y établir ; mais le gros de l’immigration qui s’y porta, était composé d’Acadiens des îles de la Madeleine. Enfin, il n’y a pas longtemps, comme on l’a vu, tous les Nabésippiens, c’est-à-dire l’autre branche des Rochette et les rameaux qu’elle avait poussés, abandonnèrent l’établissement de Nabésippi et vinrent se fixer à Goynish.

  1. Statistiques. — 17 familles ; 105 âmes, dont 59 communiants. 8 confirmés. Deux écoles, l’une de 17 élèves, l’autre de 15.