Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/399

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
381
NATASHQUAN

l’unique ressource de la population ; et voici le moment d’en parler avec quelque étendue.

Natashquan était regardé, autrefois surtout, comme l’un des meilleurs endroits de la Côte, pour la pêche du hareng et de la morue. C’est ce qui explique l’aisance dont on a joui longtemps dans la jeune colonie. Aujourd’hui, la morue est de moitié moins abondante. Quant au hareng, que l’on prenait jadis tout près de terre, il faut maintenant aller le chercher à quatre ou cinq milles, parfois même à dix milles au large. Comment expliquer ces changements ? Il y a encore bien d’autres problèmes que ceux-là dans l’histoire naturelle des poissons !

Ici les gens font la pêche à la morue pour leur propre compte, c’est-à-dire qu’ils préparent eux-mêmes le poisson, et le vendent après l’avoir fait sécher. Leur flottille de pêche se compose de vingt et une barges.

Dans les commencements de la colonie, les « traders » qui voyageaient le long de la Côte achetaient le poisson dont on pouvait disposer. Plus tard, la maison De LaParelle, qui s’établit ici, se chargeait d’exporter à l’étranger la morue prise à Natashquan. La Compagnie Robin, devenue propriétaire de l’établissement De La Parelle, achète le poisson préparé par les pêcheurs. Du reste, l’automne, les gens ne manquent pas de saler une certaine quantité de morue et de la vendre ailleurs. La bouette que l’on emploie, c’est le hareng et le capelan, mais rarement le lançon, pour l’excellent motif que ce petit poisson n’est guère abondant dans les eaux de l’endroit. Même, pour avoir du capelan, il faut bien aller le seiner au Grand-Natashquan dont l’embouchure se trouve à quatre ou cinq milles plus bas que l’église.

L’établissement Robin fait aux habitants, en une certaine mesure, des avances de marchandises et de provisions, et surtout des divers articles nécessaires pour la pêche ; ces dettes se payent lorsqu’on vient vendre la morue que l’on a préparée soi-même. Cette façon de procéder rend service aux gens, qui le comprennent fort bien. Aussi les rapports entre le capital et