Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
25
BETSIAMIS

nous les laissions aux soins des familles qui avaient déjà commencé leur instruction dans les bois.

« Le lendemain de la Saint-Pierre, après avoir béni les mariages, nous montions sur de bonnes chaloupes amenées par des sauvages de Godbout venus pour nous rencontrer ; et nous nous rendions aux Sept-Îles où se trouvaient cinquante familles montagnaises, puis à Godbout où nous attendaient vingt-cinq familles. De là nous venions aux Îlets-de-Jérémie, la plus considérable de nos missions sauvages.

« Ce temps-là était l’âge d’or de nos missions sauvages. Ces pauvres enfants des bois étaient tous bons, sobres, honnêtes, avant que l’auri sacra fames eût amené sur la Côte ces petits marchands qui les suivaient avec leurs goélettes, leur créant des besoins nouveaux et s’efforçant de les enivrer pour pouvoir plus aisément leur extorquer leurs pelleteries.

« Quelques années plus tard, l’arrivée des Acadiens des îles de la Madeleine nous donna un surcroît de travail. En revenant de la mission d’Itamamiu, nous ne pouvions passer devant douze familles établies à Kékashka, vingt à Natashquan et vingt-cinq à la Pointe-aux-Esquimaux, sans leur donner quelques jours de mission. Leur nombre augmentant, un vieux prêtre français, M. Ternet, fut placé à la Pointe-aux-Esquimaux pour les desservir. »

Depuis cette époque, plusieurs autres prêtres séculiers sont venus résider en divers points de la Côte, comme on le verra dans la suite de cet ouvrage. De même, depuis déjà bien des années, il y a du côté du sud-ouest des paroisses organisées, sous la direction de prêtres séculiers, à Mille-Vaches, aux Escoumins, aux Bergeronnes, à Tadoussac, au Sacré-Cœur, à l’Anse-Saint-Jean.

Les Oblats n’ont donc plus aujourd’hui qu’à s’occuper des sauvages de la côte du golfe. Chaque été, un Père va rencontrer les Montagnais, au retour de leur chasse, à Godbout, aux Sept-Îles, à Mingan et à Musquarro. Cette dernière mission a remplacé celle d’Itamamiu, qu’il a fallu quitter lorsque, par suite d’un, malentendu, la chapelle bâtie en ce lieu par les Oblats leur