Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome II.djvu/238

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



29 avril. — C’est aujourd’hui que nous quittons le 55 de la rue Pigalle pour le 21 de la rue de Clichy.


8 mai. — J’ai recouché aujourd’hui, pour la première fois, dans le vieux grand lit de chêne où Victor avait couché avant moi. Il y avait donné l’hospitalité à Rochefort, quand Rochefort proscrit est venu habiter la chambre de Victor en 1868, Je n’avais pas couché dans ce lit depuis la nuit du 11 mai, à Bruxelles, où j’y fus réveillé à coups de pierre.


13 mai. — À neuf heures, nous sommes allés au Père-Lachaise. Robelin y était, présidant aux travaux. Il y avait dans un caveau provisoire six cercueils, celui de mon père, celui de ma mère, celui de mon frère Eugène (Abel n’y est pas)[1], celui de Charles, celui de Victor et celui du petit Georges qui venait d’arriver de Bruxelles. Huit fossoyeurs attendaient. On a placé les six cercueils dans trois chariots verts à quatre roues traînés à bras. Il tombait une pluie fine. Nous avons suivi quelque temps les rues de tombeaux du cimetière, et nous sommes arrivés au caveau que j’ai fait refaire. Il a été très creusé et très approfondi. La tombe était ouverte. On a descendu dans le caveau d’abord mon père, puis ma mère, puis Eugène, puis à côté de mon père, l’arrière-petit-fils près du bisaïeul, Georges, dont le cercueil est facile à distinguer par cinq gros clous ronds à la tête et trois aux pieds. Chacun des six cercueils porte sur une plaque de métal le nom de celui qui est dedans. On fera comme cela un jour pour moi.

J’ai remarqué la place où je serai probablement. Elle est au même étage que Victor, dans le compartiment d’à côté.

Ce tombeau où mon père est entré le premier fait face au tombeau de Camille Jordan. Sur la pyramide de marbre, qui porte sur sa façade le nom de mon père, sont inscrits à droite ces noms : Sophie, comtesse Hugo, née en 1780, morte le 27 juin 1821. — Eugène, vicomte Hugo, né en 1800, mort en 1836. À gauche, ceux-ci : Charles Hugo, né le 4 novembre 1826, mort le 13 mars 1871. — Georges Hugo, né le 30 mars 1867, mort le 16 avril 1868. — François-Victor Hugo, né le 28 octobre 1828, mort le 26 décembre 1873.

Cette pyramide était descellée et debout à côté du tombeau. Ce qui en est le piédestal offrait une sorte de table. J’ai demandé un crayon que m’a offert un des assistants et du papier qu’un autre m’a donné ; et sur cette table, je me suis mis à écrire pendant qu’on scellait le compartiment où est Victor.

  1. Abel Hugo est enterré au cimetière Montparnasse, dans le caveau de famille de sa femme. (Note de l’éditeur.)