Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À Madame Victor Hugo,
chez Madame Vacquerie,
Villequier près et par Caudebec [Seine-Inférieure)[1].


1er septembre [1849].

Chère amie, je t’écris bien vite un mot. Voici enfin la queue de mon congrès terminée, je sors de chez le président de la République auquel j’ai dit entre autres choses qui l’ont frappé que l’homme le plus en dehors des réalités de ce temps-ci, et le plus grand rêveur, c’était M. Thiers. Me voilà libre quelques instants. Je veux faire à ma Didine ma visite qu’elle attend. Je serai donc à Villequier le 4. Je ne ferai probablement qu’y passer, mais je prendrai le temps d’aller vous embrasser toi et ma Dédé et de serrer la main d’Auguste.

Surtout dis à madame Vacquerie, en lui offrant mes respects, qu’elle ne se préoccupe pas de moi. Je serai un passant et non un hôte.

Tout va bien ici. Charles prend bien à La Presse, il y a aujourd’hui un charmant feuilleton. Nous passons nos soirées à parler de vous, et moi, mes heures à penser à vous.

Je chercherai deux ou trois jours de solitude au bord de la mer, et je tâcherai de faire quelques vers.

Je t’embrasse encore, chère amie[2].


Madame la Vtesse Victor Hugo[3]
37, rue de la Tour d’Auvergne, Paris.


Amiens, lundi 10 7bre [1849] midi.

J’ai repris, chère amie, ma vie de rapin ; et je vais et viens par ce pays, je suis fâché que Toto n’ait pas voulu m’accompagner, il eût vu de belles choses, et j’eusse été heureux de les voir avec lui ; quand je ne serai plus de ce monde, il regrettera ces occasions perdues. En attendant, qu’il s’amuse et qu’il soit heureux, ce cher enfant, c’est tout ce que je désire.

Je m’en vais voir la cathédrale, de là à la mer, tout cela me mènera jusqu’à lundi, j’arriverai lundi pour dîner, je me porte admirablement quoique traversant partout le choléra. Mais Dieu est grand. Si je lui suis utile, il me gardera. Je t’embrasse tendrement, et ma Dédé. À lundi.

V.[4]
  1. Inédite.
  2. Bibliothèque Nationale.
  3. Inédite.
  4. Bibliothèque Nationale.