Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de tout ; ce que vous avez fait là-bas est bon, et ce que j’ai fait ici est utile.

Quant aux prix, d’après les deux dernières lignes de la lettre de M. Moertens (très bonne et très honorable lettre), je vois qu’ils seraient presque les mêmes à Jersey qu’à Bruxelles ; la page pour laquelle ils demandent ici 1 fr. 70 (composition 2 fr. 50, toute clichée) aurait 31 ou 32 lignes ; celle de M. Mœrtens n’en aurait que 25. En outre, la composition est plus chère sur ce caractère perle à cause de sa petitesse qui augmente la peine des ouvriers. Défalquez le port des épreuves et le port du manuscrit (qui sera fort lourd) par la poste, et vous verrez que les prix reviennent au même. J’ajoute ceci : pour imprimer ces vers, il faut le caractère perle (je vous envoie un spécimen ; le caractère des notes de Nap.-le-Pet. serait encore mieux). Avez-vous ce caractère ? Il en faut au moins deux feuilles (de 64 pages) pour pouvoir marcher lestement. C’est un caractère peu usité et qui ne servira guère que pour cela. En grèverez-vous l’imprimerie naissante ? Ne vaut-il pas mieux laisser faire cette dépense par l’imprimerie d’ici qui y consent ? Quant à la nécessité du caractère, jugez-en.

Voici un vers long :

Tandis qu’en bas dans l’ombre on souffre, on râle, on pleure.

Même avec le caractère perle, il faudra entamer la garniture pour ne pas le replier (je m’oppose carrément au repli ; un vers replié n’est plus un vers, et plus il est beau, plus il est laid). Reste donc ceci : introduire les clichés. Mais si vous reculez devant la difficulté d’introduire 150 livres de plomb, comment songiez-vous à introduire des ballots de livres imprimés à Bréda ? Au reste, on me dit que les clichés passent comme plomb fabriqué en payant un droit. S’en assurer.

Cher compagnon de guerre, je crois qu’il y aurait sagesse et utilité à tous les points de vue de faire ainsi.

Je résume l’opération en ces deux termes : 1° Expédier de Jersey la clandestine toute clichée (coût 1 000 fr. ; 2° imprimer là-bas à notre imprimerie en même temps sur épreuves, et avec les lacunes indiquées par vous, l’expurgée, et tirer la clandestine à bras sur les clichés. Vous voyez qu’il reste encore une forte besogne à notre imprimerie, et que, de plus, ceci lui sauve l’achat de deux feuilles (64 pages) de caractères perle. Remarquez bien que, de cette façon, tout ce que vous avez fait là-bas est intact et utilisé.

Voilà toutes mes insistances. Je crois fermement être dans le vrai. — Cependant, si vous persistiez à répudier l’auxiliaire de Jersey (il faudrait en